Pluie et orage étaient annoncés mais je restais positive. 2 groupes auraient été possibles l’un à 13 h 30 et l’autre pour 16 h. Le délai du jeudi pour les inscriptions ayant passé et que je comptais 10 personnes intéressées, une seule intervention était suffisante et  le RDV pour 13 h 30 avait été choisi par tous et organisé. Patrick était venu un peu à l’avance pour me prêter main forte. Ils étaient tous arrivés à l’heure et bel et bien masqués de toutes les couleurs. Hélas, j’avais dû refuser deux personnes au tout dernier moment car nous devions nous limiter à 10 pour respecter les consignes, taille du jardin et distanciation Covid obligent et j’aurais du tout réorganiser.

 
 

Après un petit accueil pour présenter le déroulement, nous sommes très vite entrés dans le jeu dans la grande cour de l’époque médiévale. Les guides ont su trouver les alternatives de tous les objets plastiques possibles et utilisés en général dans nos jardins. Une fois de plus nous réalisons qu’il serait possible de faire sans. Même Méline la petite fille de 6 ans avait su faire ce tri avec une rapidité et une perspicacité époustouflante.

 
 

Ensuite, à la queue leu-leu,  nous avons pris l’étroit chemin passant derrière la grange et menant à l’ancien jardin de couvent. Au passage, je leur avais montré la fabrique de purins avec mes mousquetaires préférés (ortie, consoude, prêle)

 

.

Au jardin, nous avons d’abord passé devant la parcelle du voisin qui s’est lancé depuis peu dans des expériences de cultures sur marc de raisin avec succès.

Arrivés sur ma petite parcelle de 2 ares, nous nous sommes installés dans l’herbe, en cercle, sous le magnifique vieux cognassier. La distance était de mise mais le cercle était chaleureux et convivial.

 
 

J’avais fait un petit historique de l’évolution du jardin médiéval, de ce que j’en connaissais, et de son développement depuis que je le cultivais. En effet, tous les ans je fais de nouveaux essais et de nouvelles expériences et sa surface potagère s’agrandie sous les arbres. La difficulté est d’y cultiver à l’ombre et que les arbres sont si gourmands de l’eau des légumes. La problématique de l’approvisionnement de l’eau de pluie supplémentaire à la cuve avait été abordée.

 
 
 
 
 
 
 
 

Puis, 4 groupes de 2 se sont formés. Ils ont chacun eu la charge d’explorer une des 4 parties tracées du jardin pour y résoudre des devinettes. La curiosité avait ainsi été aiguisée et aucun détail n’avait échappé aux guides dans leur « pas de deux ».

 
 
 
 
 
 

Beaucoup de questions et d’échanges avaient prolongé la visite, enchaînée dans la petite arrière cour/jardin autour d’une collation : mendiant aux cerises noires, tarte au fromage, fromage blanc aux mille herbes du jardin, tisanes maison. Avant de déguster, la petite Méline voulait absolument vérifier si la fleur de la saponaire du jardin moussait comme du savon sous l’eau. Tous émerveillés : waouh oui ça moussait !

 

Une après-midi dans la curiosité et la bonne humeur sans la pluie, même avec un joli retour du soleil nous a permis d’y apprécier encore un beau moment de partage. Les derniers étaient partis vers 19h.

 

 

J’étais rassurée et contente de ces rencontres enrichissantes après lesquelles j’avais reçu de jolis retours. Une expérience à conseiller à tous.

Danièle

 
 
 
Mentions légales - Politique de confidentialité